Donations: we need and appreciate it!

Par PayPal

Paq Groupe Recherche

Centre PAQ 90, rue De La Gauchetière, Montréal, (Québec) H2X 1P5 Tél.: (514) 879-3310

Home Services Projets Paq Groupe Recherche Partenaires et bénévoles Contact
 

projets-autochtones-logo

GROUPE DE RECHERCHE

En parallèle aux activités des gestionnaires cliniques, se trouve l'équipe de recherche. Leur mandat consiste à explorer certaines problématiques à caractère sociales et à diffuser le fruit de la recherche à la communauté scientifique et communautaire. L'équipe de recherche encourage l'implication des Premières nations, Métis et Inuit et favorise leur intégration parmi les différentes étapes de la recherche.

Equipe de recherche Partenariat à la recherche

Renée Brassard, Ph.D - École de service social, U. Laval

Denis Lafortune, Ph.D, Professeur-chercheur - École de criminologie, U. de Montréal

Agent(e)s de recherche:

    Marie-ève Beauséjour, étudiante au doctorat en psychologie
    Mélanie Bouchard, stagiaire en service social, CLSC Ahunstic
    Héléna Katz, Katz Communication


THÈMES:

¦ L’exclusion sociale et population autochtone vivant en milieu urbain.

¦ Suicide, isolement et solitude chez les jeunes autochtones.

¦ La prévention de la criminalité et les jeunes autochtones.

¦ Habitude de consommation chez les jeunes autochtones.

PUBLICATION:

Beauséjour, M-E, Morin, E., & Lafortune, D. (2005). Intervenir auprès des jeunes autochtones en milieu urbain, Défi jeunesse: Revue professionnelle du Conseil multidisciplinaire. Vol. XI, no 2

Morin, E. Vivre au Sud, penser au Nord. Revue L'itinéraire, Août 2004

Morin, E. (2005) Pratique sociale des intervenants inuits et allocthones en CLSC et en CPEJ auprès de mineurs victimes d,agression sexuelle dans trois (3) communuatés du Nunavik: représentations et points de vue. Mémoire de maîtrise. École de criminologie. Université de Montréal.

Les jeunes autochtones en milieu urbain

Profondément attaché aux valeurs et aux traditions qui fondent la vie de la communauté, les Peuples autochtones (Amérindiens, Métis et Inuit) ont toujours accordé une grande importance à la terre natale, s'acharnant à affirmer leur appartenance autochtone et à la faire reconnaître. Ceux qui vivent dans les régions urbaines ne font pas exception à ce sentiment. De facon générale, les jeunes souhaitent trouver en milieu urbain des organismes qui reflètent leurs valeurs.

Mais qu'est-ce qui incitent ces derniers à quitter leur communauté afin de venir fouler le sol urbain? Les raisons sont variées: la poursuite des études post-secondaire et universitaire, la variété et l'abondance des emplois du sud, l'attraction de la ville, etc. Des raisons d'ordre social sont aussi évoquées: pour certains, le désir de quitter un milieu familial violent, pour d'autre fuir leurs problèmes devient la promesse d'une vie meilleure. Le prix pour certains est fort: familles brisées, faible scolarisation, déracinement de la culture, langue maternelle perdue et plus encore. Bien difficile d'être reconnut comme Autochtone dans la cité.

La rupture et la distance avec la communauté combinées à l'intégration d'un univers qui se dissocie quelque peu de leurs traditions et l'absence de la dynamique communautaire poussent forcément des jeunes à épprouver des problèmes d'adaptation, voire de rejet et de discrimination. Coupés du milieu de vie qui les reconnaissait, certains jeunes se sentent perdus et ressentent tôt ou tard le besoin d'affirmer leur identité, de se regrouper et de partager avec d'autres: vivre au sud, penser au nord.

La situation actuelle des jeunes autochtones en milieu urbain n'a pas fait l'objet de beaucoup d'attention même s'il est reconnu que la migration dans les grandes villes canadiennes n'est pas un phénomène isolé. L'afflux de ces derniers dans les grands centres urbains constitue un phénomène relativement nouveau, enregistrant une croissance démographique très rapide comparativement à la population non autochtone.

"Nos réserves ne sont pas connues pour être un séjour de tout repos, il s'y fait beaucoup d'abus. Il y a du monde qui quittent la communauté pour aller vers les grands centres dans l'espoir de trouver l'amour. Dommage qu'en y arrivant, ils trouvent que ce n'est pas tout rose." Inuit

"Les gens nous jugent négativement. Dès qu'ils voient un autochtone ivre, ils pensent qu'ont est tous des ivrognes. Nous sommes un peuple égal mais très différent. On vit depuis des années dans un climat d'abus, et un jour les gens vont nous comprendre, et comprendre pourquoi certains d'entre nous sont comme ils sont" Autochtone